Loi Monuments Historiques - Loi Malraux

Publié le 31 décembre 1913, la loi sur les monuments historiques a déjà été utilisée pendant plus d'un siècle! Cette disposition législative vise à promouvoir et encourager la préservation et l'amélioration du patrimoine d'intérêt artistique ou historique. L'utilisation de carottes fiscales pour protéger et préserver ces bâtiments exceptionnels est l'autorité de cette loi. La loi sur les monuments historiques est souvent citée en exemple.

Tous les contribuables français peuvent bénéficier de l'exonération fiscale pour les > monuments historiques. Mais en général, les contribuables ont lourdement taxé leurs impôts en achetant et en rénovant une propriété enregistrée ou approuvée par les affaires culturelles. Conformément à la loi, ce projet de restauration doit être suivi et validé par un «architecte des bâtiments de France».

Selon le recensement effectué par le ministère de la Culture et des Communications, le 1er février 2015, 43 600 bâtiments sont protégés en tant que monuments historiques et environ 300 000 objets mobiles. Près de la moitié d'entre vous, 49,4%, pour être exact, est une propriété privée. Le niveau d'imposition, tous les coûts associés à l'entretien et la restauration de la propriété, ainsi que les intérêts sur le prêt, déduit du revenu du propriétaire. Cette réduction d'impôt peut atteindre 45% du revenu imposable. Autre avantage important: cet avantage fiscal n'est pas affecté par le plafonnement des niches fiscales de 10 000 euros par an. Limite seulement: 200 000 euros par an maximum de réduction si le bâtiment n'est pas ouvert au public.

loi monuments historiques malraux
Loi Monuments Historiques

La loi sur les monuments historiques est un système fiscal très attractif, prenant en compte le niveau d'exemption proposé, qui peut atteindre l'infini.

L'exonération fiscale commence à plein régime dès le début des travaux et est calculée sur la base des travaux annuels à payer. Il est donc conseillé d'optimiser les tâches afin de les répartir sur plusieurs années.

Le droit des bâtiments historiques face à un groupe d'investisseurs qui sont si importants pour réduire les impôts et construire des actifs, que par définition, les sites sont souvent qualitatifs (ex: hyper-centre) et prestigieux.

L'investissement en vertu de la loi sur les monuments historiques reste essentiellement une propriété d'investissement. au-delà du motif de la loi, devrait être la base de toute propriété d'investissement, tels que la qualité de l'emplacement, le rapport qualité / prix, le retour à la location.

Plus que partout ailleurs, la qualité de l'opérateur est extrêmement importante. Les règles administratives qui doivent être suivies de près pour bénéficier des avantages fiscaux.

Ce type d'investissement ne peut être à long terme que si les plus-values ​​sont calculées à partir du prix du terrain, à l'exception du travail. À partir de 2009, la loi vous oblige à conserver la propriété pendant au moins 15 ans.

La loi sur les monuments historiques fait référence aux contribuables qui sont soumis à une taxe élevée sur des barèmes d'imposition élevés ou à des revenus extraordinaires à court terme.

L'impact de l'exonération fiscale dans la loi pour les monuments historiques est un direct et important pour l'année en cours et les deux prochaines années, sans limitation du montant.

L'investissement dans les monuments historiques légaux est à long terme, en termes de valeur ajoutée, qui est calculée à partir de la valeur du terrain, à l'exception des projets.

La loi autorise les monuments historiques de la création de richesse et de prestige, dans certains cas, pour la libération de l'héritage (par exemple, si la propriété est ouvert aux visites publiques au moins 100 jours par des éléments décoratifs de rétention année sur place, etc ... en un accord spécial avec le ministère de la Culture). Confiance dans l'édition et le choix des programmes immobiliers.